Thivars

Son histoire


Thivars est connu dès le 1er millénaire, sous le nom de Theuvasium (954). D’autres noms lui furent donnés au fil des siècles. Il est situé au fond de la vallée et baigné par l’Eure et la Berthelot. La Paroisse de«Tyvas» apparaît en 996 dans le catulaire de St Père en Vallée. Une importante motte féodale subsiste à Goindreville. Celle-ci se trouvait à un endroit stratégique car dominant la vallée. Vers l’an 1000, les mottes de terre étaient de forme circulaire pour supporter un ouvrage défensif. Ce sont les ancêtres des futurs châteaux forts qui apparaissent vers le XIe siècle.


Le village était formé de 3 fiefs seigneuriaux: Thivars, Goindreville et Tachainville. Les châteaux forts de ces seigneuries furent, sans doute, détruits à la révolution.


Au XIIe siècle, l’église devint la propriété de l’abbaye de Josaphat (de Lèves) ainsi que les biens de la fabrique (fabrique : ensemble des clercs et des laïcs administrant une église). L’église actuelle fut terminée en 1545. Elle est vouée à St Hilaire et Ste Radegonde. Ses proportions inhabituelles, sa hauteur et son site architectural composite peuvent surprendre.


Les deux ponts situés sur la RD 910, furent édifiés à des époques différentes. Le pont (situé prés du restaurant «Les Berges») fut construit avant 1789. Le deuxième pont (situé prés du bar «Le P’Thivars») fut construit en 1850.


C’est après la révolution que le village s’appela «Thivars» (avec l’orthographe actuelle) lorsque les lois napoléoniennes donnèrent les structures générales aux communes.


Jusqu’à la seconde guerre mondiale, Thivars fut essentiellement rural.

cartes postales